Background
Comprendre
Agir
Rencontrer
Calculer votre IMC
LES RANDONNÉES PÉDESTRES
Témoignages
S'inscrire à une réunion d'information
Contactez-nous

/ Actualités :

15 mai 2018
JOURNÉE EUROPÉENNE DE L’OBÉSITÉ // 19 ET 20 MAI
29 mars 2018
BALLON INTRAGASTRIQUE // RÉUNION D’INFORMATIONS LE 24 AVRIL 2017

/ La gastroplasty (anneau gastrique)

La gastroplastie consiste à modifier la forme de l’estomac au moyen d’un anneau passé autour de sa partie supérieure.

L’anneau est constitué :

          • d’une bande de silicone d’environ 1,5 cm de large
          • d’un ballon relié à un fin tuyau
          • d’un réservoir placé sous la peau

 

On peut ainsi serrer ou desserrer l’anneau par une simple injection de quelques millilitres dans ce réservoir. 

 

Le fonctionnement

La forme de l’estomac devient celle d’un sablier, avec un petit réservoir en haut (15 à 20ml) qui se vide dans l’estomac du dessous. On peut régler l’anneau simplement en le gonflant ou dégonflant : l’évacuation du réservoir du haut est ainsi plus ou moins rapide.

Quand vous mangez, le petit réservoir se gonfle un peu, ce qui va déclencher plus rapidement les mécanismes nerveux du rassasiement transmis au cerveau par le nerf pneumogastrique (X), vous évitant ainsi de beaucoup manger.

 

L’hospitalisation

Vous entrez en clinique la veille ou le matin même, avec vos bas de contention et vos examens préopératoires. Vous êtes à jeun à partir de minuit ; un verre de jus de pomme 2 heure avant.

J0 : 

  • Transfert et acceuil au bloc opératoire
  • opération sous anesthésie générale et coelioscopie d’environ une heure
  • repos sous surveillance en salle de réveil durant 1 à 2 heures heures puis retour en chambre
  • Surveillance de vos constantes vitale dans votre chambre. L’infirmière vous aidera a vous asseoir et vous lever
  • perfusion 
  • prise de médicaments antidouleur et piqûre contre les phlébites
  • Vous pourrez boire dès votre retour en chambre, prendre un bouillon et un dessert le soir même.

 

J1 :

  • Vous pourrez vous lever avec l’aide du Kine le matin, puis librement. Toilette au lavabo.
  • Le matin: café léger, thé ou tisane- petit suisse, compote; le midi  et le soir: alimentation mixée, selon ce qui a été vu aux Ateliers d’ETP
  • retrait de la perfusion
  •  médicaments antidouleur par la bouche ; piqûre contre les phlébites
  • assistance du kinésithérapeute

J2 :

  • alimentation mixée et déambulation libre
  • vous pourrez vous doucher
  • prise de médicaments par voie orale
  • sortie, si tout va bien

 

Qu’est-ce que je vais pouvoir manger après l’intervention ?

  • 1 litre de boisson non gazeuse, non sucrée, non alcoolisée et non acide réparti dans la journée, à espacer des repas (30 à 45 minutes).
  • 3 repas par jour au calme, sans stress et sans télévision.
  • 6 petites cuillères de salé et 6 petites cuillères de dessert non sucré par repas (100 à 120 grammes).
  • Les boissons autorisées pendant l’hospitalisation sont : le thé, le café dilué, les infusions, l’eau plate et le bouillon.
  • La veille ou le jour de la sortie, un doppler veineux de contrôle sera effectué pour éliminer toutes complications veineuses.

 

La sortie

Vous pourrez sortir dès le 2ème ou 3ème jour, en suivant ce processus :

  • passage au secrétariat puis au bureau des sorties de la clinique
  • remise d’ordonnances pour les soins d’une infirmière (pansements) et pour une piqûre (phlébites, vitamines)
  • récupération d’une lettre pour votre médecin traitant et compte-rendu opératoire
  • prise d’un rendez-vous de contrôle un mois après (avec une ordonnance pour une prise de sang à faire 8 jours avant la visite)

Votre arrêt de travail vous sera remis : de 15  jours à 1 mois, selon votre état de santé et votre travail.

 

Le premier mois

Votre suivi médical :

Il vous est conseillé de revoir votre médecin traitant dans la semaine qui suit votre sortie, votre nutritionniste dans les 15 jours et votre chirurgien au bout d’un mois.

Il faut appeler le cabinet de chirurgie si vous présentez : des vomissements répétés, des douleurs persistantes ou de la fièvre.

 

Votre alimentation :

L’anneau n’est  pas encore fixé, il faut donc le ménager. Le premier mois est une période d’adaptation au cours de laquelle vous apprendrez à gérer votre alimentation pour obtenir le résultat souhaité.

 

Pour boire : 

  • buvez doucement, par petites quantités à la fois, 1litre à 1,5l/ jour
  • évitez les boissons gazeuses, sucrées et alcoolisées 
  • vous pouvez boire de l’eau, du thé, du café léger, des tisanes, des bouillons de légumes…
  • il ne faut pas boire en mangeant (cause de vomissements)
  • arrêtez de boire une ½ heure avant le repas et reprenez une ½ h après

 

Pour manger :

  • 3 repas par jour à heures régulières, au calme (sans télévision)
  • mangez doucement, par petites bouchées, en mastiquant bien
  • laissez 2 ou 3 minutes entre chaque bouchée
  • les collations ne sont pas conséillées (si vous avez faim entre 2 repas, ajustez votre repas le lendemain)

Pendant les 3 premières semaines, vous mangerez une alimentation molle : mixez ou moulinez vos aliments ; en cas de besoin, vous pourrez utiliser les petits pots de bébé. Puis, une semaine avant de revoir le chirurgien, vous réintroduirez les morceaux progressivement. Certains aliments risquent d’avoir du mal à passer : viande rouge, pain, aliments fibreux, tomates avec la peau, carottes râpées… Il n’y a pas de règles absolues ; il faudra tester prudemment, et écarter ce qui ne passe pas.

 

Pour les quantités :

  • 100 à 120 grammes par repas (10 à 12 cuillères à café)
  • arrêtez de manger si vous sentez que c’est plein : vous risqueriez de vomir.

 

Si vous vomissez, cela peut venir de :

  • vous avez trop manger, ou trop vite, ou un trop gros morceaux, ou pas assez mâché
  • vous avez bu en mangeant
  • c’est l’aliment qui ne convient pas : écartez-le
  • vous avez été stréssé juste avant ou pendant votre repas
  • si cela se répète quotidiennement : appelez le chirurgien

 

Vous pourrez commencer à avoir une activité physique modérée dès votre sortie : marche à pied ½ heure à une heure chaque jour.

Reposez-vous, dormez régulièrement.

 

Apres le premier mois

Votre suivi médical :

Vous aurez à revoir votre médecin traitant régulièrement, et votre chirurgien à 3, 6 et 12 mois ainsi que votre nutritionniste entre les visites au chirurgien. L’anneau sera resserré ou non selon : votre perte de poids, votre confort alimentaire, votre souhait et le conseil du Chirurgien.

 

Cela se passe à la radio : 

On commence par un TOGD : on vous donne a boire un liquide qui permet de voir l’estomac et l’anneau. Si tout va bien, le radiologue pique dans le boitier, et injecte le produit dans l’anneau : vous ne sentez que la piqure ( possibilité d’un Patch d’anesthésie locale).

 

De retour à la maison :

Il faudra manger un peu mou pendant 24 heures puis réessayer prudemment les aliments habituels.

Un ou plusieurs autres resserrages peuvent être nécessaires plus tard, mais pas toujours. Il faut savoir que le resserrage vous aide à manger moins, mais que cela risque de vous créer un inconfort, voire des blocages ou vomissements. Moins l’anneau sera serré pour le même effet, et mieux cela sera.

Il peut être nécessaire de desserrer l’anneau si vous vomissez fréquemment, ou si un aliment se coince.

 

Indications pour votre alimentation :

  • contentez-vous de 3  repas par jour (plus petites quantités possibles)
  • pesez les quantités que vous mangez (2 à 3 fois par mois) et écrivez-les
  • variez votre alimentation en consommant des produits goûteux (pas forcément gras ni sucré)
  • évitez formellement grignotage, sodas, glaces

 

L’exercice physique :

Faites de l’exercice physique chaque jour, autant que possible :

  • Marchez 1/2h à 1h par jour
  • 1h de vélo
  • 1 à 2 h de ménage
  • 1 à 2 h de danse de salon ou country ou zumba
  • 1 à 2 h d’aqua gym 
  •  jogging, musculation ou autres activités sportives qui vous plairaient (au fur et à mesure que le poids se perd un peu plus)

 

Ce que nous pouvons faire pour vous aider

 

Les inconvénients, incidents et complications

Les complications péri-opératoires (1er mois) sont exceptionnelles : blessures de rate, perforation d’estomac peuvent mettre en jeu le pronostic vital et nécessiter une ré-intervention. Phlébites et embolies pulmonaires doivent être prévenues et dépistées.

Le risque de décès existe : il est de l’ordre de 0,1 à 1 sur 1000.

Après le 1er mois, peuvent se produire des ennuis mécaniques (retournement de boîtier, rupture ou déconnexion de cathéter, fuite sur l’anneau, migration de l’anneau à travers la paroi gastrique) qui nécessitent un geste de correction chirurgicale, voire la dépose de l’anneau.

Des carences en vitamines et oligo-éléments, fer, calcium sont très rares sauf en cas de vomissements répétés ; un suivi nutritionnel est indispensable pour les prévenir et les traiter.

Les échecs : perte de poids insuffisante ou nécessité d’enlever l’anneau du fait d’une complication, d’une mauvaise tolérance. La tentative de sortir de l’obésité peut échouer sans aucune raison décelable. Cependant l’on a constaté que le risque d’échec est plus grand quand il y a beaucoup de grignotage, quand les consignes diététiques et le suivi médical ne sont pas respectés.

 

Les bénéfices

La perte de poids est progressive sur 1 à 2 ans. La perte de poids moyenne à 2 ans est de l’ordre de 25 kg (50 % de l’excès) pour 80 % des patients. Il existe ensuite, comme dans toutes les autres techniques, une tendance à la reprise de poids. À 5 ans, la perte de poids moyenne est autour de 20 kg, soit  45-50 % de l’excès de poids pour 75% des gens. À 10 ans, 50% des patients ont une perte de poids autour de 18 kg.

 

La rémission des maladies liées suit la courbe de poids :

  • DNID : 50% sont en rémission complète  à 72 mois et 57 % à 96 mois         
  • HTA : 50 % sont en rémission complète  à 96 mois                                              
  • Apnées du sommeil : 57% sont en rémission complète à 90 mois 

 

Recherche et rédaction : Docteur Raymond Arnoux
Mise à jour : Mars 2013

Recherche et rédaction : Docteur Raymond Arnoux
Mise à jour : 2 février 2018