Background
Comprendre
Agir
Rencontrer
Calculer votre IMC
LES RANDONNÉES PÉDESTRES
Témoignages
S'inscrire à une réunion d'information
Contactez-nous

/ Actualités :

15 mai 2018
JOURNÉE EUROPÉENNE DE L’OBÉSITÉ // 19 ET 20 MAI
29 mars 2018
BALLON INTRAGASTRIQUE // RÉUNION D’INFORMATIONS LE 24 AVRIL 2017

/ Conséquences de l’obésité ?

Les conséquences négatives de l’obésité sur la santé des personnes sont de mieux en mieux connues et justifient une mobilisation de tous les acteurs de santé.

 

L’obésité a de graves répercussions sur la santé : les conséquences physiques

L’obésité augmente le risque :

  • de maladie métabolique (diabète de type 2, dyslipidémie)
  • de maladie cardiaque et vasculaire (hypertension artérielle, maladie coronarienne, accident vasculaire cérébral, accident thromboembolique): il s’agit de la cause la plus fréquente de mortalité chez l’obèse
  • de survenue d’un cancer (colo-rectal, uterus, sein, rein, prostate…) et de décès par cancer
  • de maladie respiratoire (syndrome d’apnée du sommeil), d’essoufflement
  • de maladie digestive (lithiase biliaire, reflux gastro-œsophagien, stéatose,  fibrose et cirrhose hépatique).
  • de maladie ostéo-articulaire (arthrose) entraînant handicap et invalidité
  • problèmes dermatologiques (infection, mycoses, dermatites, psoriasis…)
  • hypofertilité, complication de la grossesse et de l’accouchement

 

L’obésité crée de véritables traumatismes psychologiques : les conséquences psychiques

La perte d’estime de soi et le regard des autres sont les deux plus grandes causes de souffrance chez les personnes obèses.

Le rejet des personnes obèses par les autres vient souvent du fait que leur maladie est considérée comme étant de leur propre faute : les personnes sont plus considérées comme des coupables que comme des malades ayant besoin d’être aidés.

Il en découle des discriminations négatives à l’école, dans les formations, l’emploi. La vie affective, sexuelle et familiale peut être affectée. L’obèse est finalement écrasé de culpabilité, sous le poids des mots et du regard des autres.

 

Toutes ces conséquences menacent directement l’espérance de vie

Il existe un lien fort entre l’excès de poids, mesuré par l’IMC et le risque de mortalité prématurée (avant 65 ans).

L’espérance de vie optimale est obtenue pour les personnes qui maintiennent leur IMC entre 20 et 25. Le risque de décès augmente de 25 % si l’IMC est situé entre 25 et 30. Pour un IMC de 30 le risque est majoré de 50% : c’est le début de la maladie « obésité ».

A partir de IMC 40, le risque de mortalité est augmenté de 250% : il est supérieur au risque chirurgical. Il est donc préférable d’envisager la solution chirurgicale.

Recherche et rédaction : Docteur Raymond Arnoux
Mise à jour : 5 janvier 2018